Accident de la vie courante

Notre objectif : une juste indemnisation dans le cadre d'une responsabilité contractuelle ou délictuelle

Chaque année en France métropolitaine, les accidents de la vie courante causent environ dix-neuf mille morts (soit 3,6 % de la mortalité) dont plus de trois cents enfants.

Des milliers de personnes sont également blessées au cours de tels accidents.

Selon la Direction Générale de la Santé, les accidents de la vie courante sont des traumatismes non intentionnels qui se répartissent usuellement selon le lieu ou l’activité :

  • les accidents domestiques, se produisant à la maison ou dans ses abords immédiats : jardin, cour, garage et autres dépendances (chutes, brulures…),
  • les accidents scolaires, incluant les accidents survenant lors du trajet, durant les heures d’éducation physique et dans les locaux scolaires, de la crèche à l’enseignement supérieur,
  • les accidents de sport (football, Tennis, Rugby, sports de combat), de ski, de VTT ou de vacances, et les accidents de loisirs,
  • les accidents survenant à l’extérieur : dans un magasin, un supermarché, un hypermarché, une grande surface, sur un trottoir, dans un trou sur la chaussée, morsure de chiens,

Bien souvent, les victimes d’accidents de la vie courante ignorent qu’elles peuvent être indemnisées du préjudice qu’elles ont subi.

Fort de ce constat, le cabinet de Maitre BORGEL, avocat au Barreau de Marseille, vous accompagnera tout au long de la procédure avec comme seul objectif : la reconnaissance et la juste indemnisation de votre préjudice.

Notre compétence réside dans la connaissance parfaite des règles de responsabilité, dans l’interprétation exacte des contrats d’assurances garantissant un accident de la vie ainsi que dans une maîtrise des règles complexes d'évaluation des préjudices.

En effet, souvent, sans le savoir, les victimes peuvent avoir souscrit une assurance qui garantit les accidents de la vie (contrat d’assurance multirisque habitation, assurance complémentaire, assurance bancaire...).

Aussi, et sous certaines conditions énumérées contractuellement, la victime pourra obtenir réparation de certains postes de préjudice, voire une réparation intégrale.

Dans d’autres cas, l’accident peut avoir été causé par la faute d’un tiers et sa responsabilité civile peut être engagée, ouvrant droit pour la victime à la réparation intégrale de son préjudice.

Actualités juridiques

28
07
RÉPARATION DU DOMMAGE CORPOREL : JUGEMENTS DU TGI DU 5 MARS 2015 ET DU 15 JUIN 2017

Par deux jugements successifs rendus par le Tribunal de Grande Instance d’Aix en Provence, nous avons obtenu la condamnation de...

Lire la suite
21
07
RÉPARATION DU DOMMAGE CORPOREL : JUGEMENT DU TGI DU 1er AVRIL 2016

Par jugement rendu le 1er avril 2016 par le Tribunal de Grande Instance de Marseille, nous avons obtenu la condamnation de...

Lire la suite
20
10
L'OFFRE D'INDEMNISATION DES VICTIMES D'ACCIDENT DE LA CIRCULATION

La loi du 5 juillet 1985, dite Loi Badinter, a pour but de « tendre à l'amélioration de...

Lire la suite
02
10
RÉPARATION DU DOMMAGE CORPOREL : JUGEMENT DU TGI DU 28 MAI 2015

Par jugement rendu le 28 mai 2015 par le Tribunal de Grande Instance de Marseille, nous avons obtenu la condamnation de l’Office...

Lire la suite